Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2007 3 06 /06 /juin /2007 23:13


Pour moi tomber amoureuse c'est comme gravir une montagne

C'est ma quête d'absolu, mon grand rêve fou, mon sombre bagne

Mais les sommets tant rêvés me sont souvent inaccessibles

Parce que j'ose pas me dévoiler et que je fais tout mon possible

Pour garder mon grand secret à celui qui en est la cible

Combien en ai-je ainsi perdu faute de déclaration

Parce que j'me serais sentie toute nue devant l'bonhomme en question

Combien qui auraient pu me rendre heureuse, qui sont partis avec le temps

Combien dont j'étais amoureuse, combien depuis mes seize ans ?

Bien sûr j’ai rien osé lui dire : c’était vraiment trop important

J’avais  peur qu’il me fasse souffrir si je me dévoilais bêtement

Alors j’ai attendu qu’il vienne, en rougissant comme une gamine

Et dès qu’il apparaissait je me sentais tout sauf sublime

Je devenais Gastonne Lagaffe, j’accumulais les idées débiles

J’en reviens pas c’que j’peux être con quand j’essaie avec soin d’être subtile…

En bref, j’ai donc grimpé en haut de ma montagne

Mais la vraie galère, ce que plus haut j’appelais mon bagne

C’est pas d’la gravir, mais d’la r’descendre, la montagne…

 

Ça prend un temps fou de s’asseoir sur ses illusions

J’en connais même à qui on n’a jamais pu faire entendre raison

Mais moi j’ai beau m’asseoir, j’ai un ressort sous les fesses

Une envie d’aimer inlassable qui curieusement jamais ne cesse

Sur mes montagnes d’illusions de toutes façons j’peux pas m’asseoir

Il me faudrait un sacré fion pour les étouffer toutes dans le noir…

 

Et oui : la somme de mes fantasmes multiplié par mon imagination

Sera toujours bien supérieure à tout c’que produit ma raison…


Partager cet article

Repost 0
Published by Jule Pilpus - dans Slam
commenter cet article

commentaires