Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2007 5 30 /03 /mars /2007 10:49


Hier, je vais voir un pote du collectif qui en a marre de mes lamentations post-traumatiques amoureuses, même si très bien écrites au demeurant.

Il me suggère délicatement d’écrire plutôt sur le thème « la vie est belle et j’aimeu la vie » je cite, afin de plaire davantage au reste du collectif, les Zautres

 

Bien sûr, je lui ai sorti quelques répliques cinglantes du genre « tu crois quand même pas que c’est toi qui va définir les thèmes de mon travail personnel » ou encore « j’ai jamais rien fait pour plaire aux Zautres, je vais pas commencer aujourd’hui », et enfin « de toutes façons, j’en ai rien à foutre de leur plaire ou pas : qu’ils m’aiment ou me haïssent, ça m’est égal, du moment qu’ils ne sont pas indifférents à mon travail. » (z'avez remarqué comment c'est trop cinglant, là ? Je suis une tueuse en matière de répliques cinglantes)

L’indifférence, c’est ce qu’il y a de pire en ce bas monde.

 

En sortant de là, j’avais des démangeaisons dans les doigts et le cerveau qui tournait à toute allure : « Ah tu veux que j’écrive que la vie elle est belle et que les ptites fleurs elles sont belles aussi, tu vas voir, mon pote, ce que je vais t’envoyer dans la gueule à la prochaine cession slam. »

 

C’est pas que je sois revancharde (non, du tout) mais faut pas abuser non plus.

 

Mes parents, y z’ont jamais réussi à me formater, et une éducation, c’est vachement long, quand même.

 

Aux bahuts (écoles, collège, lycée) y z’ont pas réussi à me formater, mais bon, j’étais perdue dans la masse, alors ça se voyait pas trop.

 

A l’école d’infirmière, y z’ont pas non plus réussi à me formater. Et c’est pas faute d’avoir essayé, je vous prie de le croire.
J’ai fini par claquer la porte quand ils ont estimé que non, orange vif, comme couleur de cheveux, ça fait pas correct à l’hôpital (pourtant, mes malades ne détestaient pas, eux).
Et puis ma sale manie d’être franche s’accordait mal avec ce petit monde clos où il faut faire semblent d’être ce qu’on est pas, et surtout, où il est vital de savoir fermer sa grande G….

 

Même au Bozarts, j’en faisais qu’à ma tête.
J’ai même réussi à convaincre le directeur de me valider mon année alors que j’avais pas mis les pieds en cours de peinture ni fait aucun devoir parce que je pouvais pas blairer la prof (et c’était réciproque, d’ailleurs).
De toutes façons, je ne faisais pas grand-chose non plus pour ses propres cours (ça frisait le foutage de gueule, parfois) mais en définitive, j’ai quand même eu le diplôme avec mention sans savoir ni peindre, ni dessiner, alors….

 

Il n’y a que dans le monde professionnel où je me suis écrasée (avec quelques ratés de temps en temps toutefois, on ne se refait pas).

 

Et aujourd’hui, nouvellement chômeuse et libre de dire ce que je pense, il faudrait que je me mesure pour plaire aux Zautres ???? Que je me mette à adopter des thèmes en accord avec leurs goûts ???

Non mais et pis quoi encore !!!!

 

Bon, c’est vrai qu’en même temps, j’ai un (ici, word, qui est un logiciel plein de facétie, me suggère de remplacer un par une) putain de caractère pas facile à faire accepter en groupe.

Et alors ??? J’ai 31 ans, je suis sacrément habituée au problème, et puis de toutes façons, ça me gonfle de devoir faire des efforts pour me faire accepter dans n’importe quel groupe.

Je suis pas faite pour les groupes, c’est tout.

Et la vie est belle, et les ptis zoiseaux y font cui-cui…

Et vous savez quoi ? C'est pour ça qu'on m'aime !!

 Et vive la provoc' !!!

Partager cet article

Repost 0
Published by Jule Pilpus - dans Journal abstrait
commenter cet article

commentaires

virginie edensland 20/11/2008 21:20

lol, ton coup de geule m'a fait sourire...Je me reconnais un peu...!!!!!

Jule Pilpus 21/11/2008 14:17


Ton comm' m'a bien fait plaisir, et c'est pour ça que j'écris, pour que les autres aient plaisir à me lire où se retrouvent dans ce que j'exprime. A bientôt. Jule