Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2007 1 12 /02 /février /2007 14:34


La Saint Valentin est une torture. Evidemment, tous les médias surenchérissent sur le côté dégoulinant-sucré de l’affaire, et l’on ne peut ouvrir l’œil sur le monde extérieur sans croiser toutes les trois secondes un cruel rappel de son existence.

Que j’ouvre ma boîte mail, un magazine, ou que je sorte en ville, je suis assaillie par Saint Valentin. Impossible de l'ignorer, d'autant que tout le monde en parle, en plus...

Notez bien que précédemment, c’était Noël, puis la galette des rois, et que l’on s’avance à grands pas vers les lapins de Pâques… Sans oublier les fêtes de toutes sortes instituées par nos bons amis les commerciaux : la fête des mères, des pères, des grands-mères, et très prochainement dans notre beau pays, la fête des oncles et des tantes, des neveux, des vieilles filles, des salauds, des animaux de compagnies (pensez à ces pauvres bêtes qui n’ont pas eu de cadeaux à Noël…)

Bref, du n’importe quoi !

Ceci dit, j’entendais pas plus tard qu’hier (ou le jour d’avant, je ne sais plus) à la télévision, que la Saint Valentin était une fête très ancienne. Ah bon ? J’ignorais ! Moi qui croyais que c’étais une invention récente !! Révisons donc notre jugement.

Au 4ème sicle avant notre ère, les romains fêtaient déjà Lupercus et la fin de l’hiver vers la mi-février. Cette coutume eut la vie dure puisqu’au Moyen-Age, elle fut reprise pour célébrer l’amour, et curieusement fixée sur le jour de la Saint Valentin. De nombreuses histoires de Valentins aussi diverses que variées apparaissent alors, pour justifier ce choix, sans doute… Et la coutume veut dès lors que l’on s’y échange des poèmes d’amour, ou que l’on tire au sort dans un chapeau le nom de sa Valentine.

Depuis le XVIIème siècle, un Valentin est, par extension, un heureux garçon choisi par une jeune fille.

Mais revenons à nos moutons.

Saint Valentin, poèmes d’amour et gros cadeaux. Beurk… Ai-je jamais vécu une Saint valentin agréable de ma vie ??? Peu probable…

Bon, poèmes d’amour, ça, pas d’problèmes, je maîtrise.

Maintenant, je vous le demande franchement : avez-vous déjà essayé d’envoyer, de lire, de donner un poème d’amour par vous écrit à l’homme dont il est question dans ledit  poème sans qu’il s’enfuie en courant dans la minute (et se précipite direct dans les bras de votre copine F… qui, elle, dieu merci, n’écrit pas sauf pour faire sa liste de course) ??? (Voir article précédent, expliquant copine F...)

Moi oui…

Hélas…

Et même si on est avec son homme depuis un bail, curieusement ça lui fait toujours bizarre de s’entendre dire ça (même si ça lui flatte délicieusement l’ego)

Je n’ai jamais compris pourquoi ils assimilent le poème d’amour à une demande en mariage en règle alors que ce n’est qu’une variante extrapolée du pauvre « je t’aime » tout classique, et parfois tout simplement du « je suis amoureuse ».

Du coup, j’ignore si c’est moi qui ne comprends rien aux hommes ou l’inverse, mais j’ai opté définitivement pour le « rien » comme preuve d’amour à la Saint Valentin, ça vaut mieux pour tout le monde…

Exit les poèmes d’amour (tant pis pour la tradition, ça fout vraiment trop la merde)

Boycott des cadeaux uniquement destinés à vider mon portefeuille pour remplir celui des commerçants.

De toutes façons, comme le disent les moins inspirés des détracteurs de cette fête, « quand on aime, on attends pas une fête instituée pour le faire savoir à son/sa partenaire ». Et toc !

Je crois que la seule chose importante pour « fêter » ce jour-là, c’est d’être avec la personne que l’on aime et passer ensemble une bonne soirée, et puis c’est tout. Et c’est déjà pas si mal…


Partager cet article

Repost 0
Published by Jule Pilpus - dans Journal abstrait
commenter cet article

commentaires