Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2006 4 21 /09 /septembre /2006 20:42

 

Enlacée par l'espoir
Délaissée par mes certitudes
Mes plus proches même ne voient pas les gouffres qui m'habitent
Ils me volent des heures de nuit qui me coulent comme du sang
Avec leurs regards de défi, semblent me dire :
Vas-y, montre-moi donc qui tu es
Toi, je te hais, toi qui te vautres dans les saveurs parfumées de mes meilleures années
Toi qui partiras quand je serais fanée.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jule Pilpus - dans Poèmes
commenter cet article

commentaires