Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mars 2006 3 08 /03 /mars /2006 12:24

 

Journal abstrait, ou les merveilleuses aventures de Jule au pays du monde des fous.

 

 

 Merveilleuses, merveilleuses, il faut le dire vite... Enfin, je me dois de me mettre au service de mes idées et celle-là en était une, et une fameuse encore.
 Et quel titre à dormir debout!

 Hier, en rentrant de mes pérégrinations nocturnes, l'idée en question avait frappé ma conscience de plein fouet, comme une grosse claque.

 Dans la rue déserte et mouillée, entre deux lampadaires crachant une pluie fine, je  me rendit compte que jusque là, je n'avais tout simplement pas pris les choses par le  bon bout.

 La soirée avait été enfumée, animée par des discussions de bar aux accents  alcoliques. Je m'étais extirpée de cette enclave de chaleur en prétextant un  rendez-vous inexistant. Les regards avinés de mes compatriotes ne me suffisaient  plus : il me fallait de la solitude.
Le contact avec les autres est épuisant, il nous renvoie à nos manques, à nos faiblesses, du moins quand on en a conscience.
J'ignore comment font les gens qui évoluent dans des groupes et renouvellent les amitiés comme des collectionneurs. Ils se souviennent des détails personnels qu'on a eu le tort de leur livrer et vous demandent toujours des nouvelles des enfants en les appelant par leur prénom. Moi, je ne suis même pas foutue de me rappeler s'ils ont des enfants ou non, ni quelles inventions de mon cru j'ai bien pu leur raconter pour leur faire croire que ma vie est
plus intéressante qu'elle ne l'est en réalité.

Au bar, la conversation avait roulé sur la recherche de La Personne.
Curieusement
, les adultes se gaussent de ceux qui croient encore "au Prince Charmant", un peu de la même manière que les enfants grandis se moquent de ceux d'entre eux qui croient encore au Père Noël.
Non, l'adulte censé ne croit plus à ces bêtises, c'est parfaitement ridicule.
On ne vit pas dans un conte de fée....
Et pourtant, tous cherchent l'Âme Soeur, l'Alter Ego capable d'agir sur nous-même comme un révélateur. Tout cela n'est qu'une question de terme et finalement, je les trouvais tous hypocrites et égoïstes dans leur démarche. Ils critiquaient, se moquaient, jalousaient et finalement, cette recherche du Bonheur se soldait par un calvaire de chaque jour perdu dans la solitude affective.
Pas un d'entre eux pour se remettre en question et se dire que si l'Autre Tant Espéré débarquait dans la minute, et bien on ne saurait pas trop quoi en faire...

Parce que c'est pas le tout de vouloir être Heureux, encore faut-il pouvoir supporter ce fameux Bonheur. Et ce que j'avais entendu au bar me laissait penser que tous ces gens entretenaient leurs névroses avec une lubricité jalouse.
Jouir dans le malheur, du malheur et par le malheur, y'a rien de tel.
Je suis persuadée que si on leur enlevait leurs névroses, et qu'on leur collait du Bonheur à la place, ils seraient bien foutu d'en faire une dépression...

Bref, j'errais ainsi dans les rues, marchant au gré de mes pensées, je m'enhardis à croire que l'on pouvait ignorer cette recherche du Bonheur par l'Autre, pour la remplacer par celle du Bonheur Par Soi.
Jusque là, c'est très banal, n'importe quel magazine féminin vous le dira.
Mais c'est tellement plus facile de se faire croire qu'un jour mon prince viendra.... et qu'il va guérir toutes mes blessures, plutôt que de prendre le taureau par les cornes en sachant que Personne ne pourra me rendre heureuse si je n'arrive pas à m'ouvrir au bonheur dans ma solitude.

Jule, ma fille, ça c'est du challenge!!

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jule 13/03/2006 14:13

Oui, on a tendance à croire que l'Autre va nous guérir, alors que c'est faux.
Quel illustre personnage a dit que, où que l'on aille, on enmène nos blessures et nos problèmes avec nous.
Et ben là, c'est pareil, sauf qu'en plus, on peut accuser l'Autre de ne pas nous avoir guéri, où même de nous avoir fait empirer.
Je reste persuadée que pour avoir des rapports harmonieux avec l'Autre, il faut de soi-même avoir fait la démarche de guérir nos blessures. Et même si on est pas guéris, au moins cela permet-il de ne pas faire porter à l'autre le poids de nos incapacités.
Pour vivre correctement avec l'autre, il faut d'abord apprendre à vivre correctement avec soi-même....

Jule 12/03/2006 21:57

Ben si... Je connais au moins une personne qui s'apelle "Jule" et c'est moi ;-)Plaisant de voir que je ne suis pas la seule...Plaisant aussi de voir qu'effectivement je ne suis pas la seule à penser le "Bonheur" ne vient pas de l'extérieur de soi, mais de la manière dont on veut regarder sa vie...Un "Autre" n'est PAS une solution... Mais un complément à qui l'on est et à qui l'on a décidé de devenir...L'Autre = la panacée universelle à tous les maux que l'on ressent ? Balivernes !;-)